0

Une réalisation historique…

La conception et la construction de la centrale de la « Canadian Niagara Power Company » ont constitué une réalisation historique en matière de design, d’ingénierie et d’architecture. Sa construction a constitué une entreprise gigantesque, qui a nécessité des centaines d’ouvriers et de nombreuses années.

 

La conception

La conception

Ce premier rendu d’artiste illustre ses caractéristiques arcs de vitraux polis de style roman. Son design s’inspire de la centrale Adams, propriété de la Niagara Falls Power Company, sur la rive américaine de la rivière Niagara.

Le bâtiment, qui se trouve dans un cadre remarquable, au sommet des Canadian Horseshoe Falls (Chutes canadiennes du fer à cheval), présente un extérieur en pierre rustique, un profil bas et un toit vert foncé, qui lui permettent de s’intégrer parfaitement à l’environnement naturel du parc.

Les premiers travaux

La construction de la centrale électrique a commencé le 23 mai 1901. L’excavation de la chambre de la roue, du canal de fuite, du batardeau et du bassin de compensation, faisait partie de la première phase. La construction de ces éléments cruciaux devait se dérouler simultanément pour garantir un fonctionnement parfait.

Comme c’est le cas pour la plupart des projets à grande échelle, de nombreuses entreprises et de nombreux corps de métiers spécialisés ont participé à la construction de cette immense centrale électrique, qui repose sur une parcelle plane de roche-mère solide. Il a fallu près de quatre ans pour achever la construction préliminaire.

Les premiers travaux
La suite de la construction

La suite de la construction

Avec de la dynamite rudimentaire, des pioches, des pelles, des chevaux de trait et des lanternes pour travailler, les équipes ont été confrontées à un certain nombre de défis sans précédent dans la construction de la centrale électrique.

Comme pour tout projet de construction, les retards étaient inévitables. Cependant, pour la construction de cette centrale électrique, les retards étaient quelque peu intentionnels. Les centrales hydroélectriques étant un concept radicalement nouveau au début des années 1900, plus le projet était retardé, plus les équipes pouvaient bénéficier des leçons tirées des projets précédents de centrales hydroélectriques, réalisés sur la rive américaine du fleuve.

Les équipes de construction ont été confrontées à un certain nombre de défis sans précédent.

L'approvisionnement en matériaux

La pierre, la brique et la fonte ont été principalement utilisées dans la construction de la centrale, et une charpente métallique a été intégrée partout. Le calcaire à l’intérieur de la centrale provenait de la carrière de Queenston, l’une des plus anciennes mines du Canada, située à environ 15 kilomètres sur l’escarpement de la rivière Niagara. Il a été transporté sur le site par des chevaux.

L'approvisionnement en matériaux
Les acteurs clés

Les acteurs clés

L’avocat américain William Birch Rankine a joué un rôle fondamental dans l’utilisation des chutes du Niagara pour la production d’électricité des deux côtés de la rivière.

En 1889, inspiré par la Niagara Falls Power Company, nouvellement constituée sur la rive américaine de la rivière, Rankine a cherché des investisseurs potentiels dans le but de participer au développement passionnant des nouvelles centrales électriques. Il a cofondé la Cataract Construction Company la même année, et en 1892, à l’âge de 34 ans, a créé la Canadian Niagara Power Company.

Rankine (deuxième photo en partant de la droite) était au sommet de sa carrière lorsque la construction de la centrale électrique a commencé en 1901.

Construction du bassin de compensation

Le bassin de compensation est le point d’entrée de l’eau de la rivière Niagara dans la centrale électrique. Le bassin extérieur, qui filtrait l’eau entrante à travers une série d’arcs sous-marins, était complété par un pont conçu avec des arcs plats supportés par de l’acier afin de fournir un accès au niveau supérieur pour le chemin de fer électrique et les piétons. Les râteliers à glace, dans le bassin intérieur, servaient à empêcher les gros morceaux de glace et autres débris de pénétrer dans les conduites forcées et de perturber le fonctionnement de la centrale.

Un grand batardeau temporaire a été construit dans la rivière afin de créer la zone du bassin de compensation. Le batardeau a repoussé la rivière de sorte que l’eau près du site de construction principal a pu être pompée, laissant un espace sec et ouvert, sur lequel le bassin a pu être excavé. Les équipes ont utilisé des pioches et des pelles pour creuser à une profondeur de 14 pieds. Le batardeau est resté en place pendant environ deux ans.

Construction du bassin de compensation

 

Le canal de fuite est un passage incurvé qui serpente dans les profondeurs de la fosse de la centrale.

Le Tailrace Tunnel (Canal de fuite)

Le Tailrace Tunnel (Canal de fuite)

Le canal de fuite est un passage incurvé qui serpente dans les profondeurs de la fosse de la centrale, à près de 200 pieds de profondeur. L’eau utilisée dans la centrale était expulsée en toute sécurité vers la rivière Niagara par ce canal de fuite.

La construction du tunnel de 2 200 pieds a commencé par la création d’un puits vertical, à mi-chemin entre le point de raccordement du canal, de la centrale et de la rivière Niagara. La zone a été dynamitée et les équipes ont creusé simultanément vers la centrale et la rivière. Les matériaux de construction ont été descendus à l’aide d’une grue-derrick et les roches excavées, chargées dans des bennes et remontées jusqu’au sommet de la gorge.

Photo : Des caissons en bois ont servi à maintenir les sections excavées du canal afin d’éviter que des roches ne se détachent et ne tombent sur les ouvriers. Les roches excavées étaient chargées dans des caisses à fond plat et remontées au niveau de la chaussée.

La salle de commande

Au cours des premières années, un tableau de distribution temporaire, situé à l’étage des générateurs, servait à contrôler les opérations de production d’électricité de la centrale. En 1913, une nouvelle salle de commande et un nouveau tableau de distribution ont été ajoutés à l’étage supérieur.

La salle de commande comportait des panneaux classiques en marbre et un certain nombre de systèmes de surveillance et de contrôles essentiels. Des indicateurs de charge, des commutateurs d’alimentation, des téléphones à chandelle et une horloge automatique se trouvaient dans la salle de commande.

La salle de commande
La centrale électrique ouvre ses portes !

La centrale électrique ouvre ses portes !

Même si la centrale était prête à produire de l’électricité dès la fin de 1904, ses générateurs ne fonctionnèrent pas avant le 27 juillet 1905.

Au moment de son ouverture, la centrale mesurait 296 pieds (90 mètres) de long et était assez grande pour abriter cinq générateurs, mis en service entre 1905 et 1906. En 1913, la centrale fut étendue à 600 pieds (183 mètres) et cinq générateurs supplémentaires furent ajoutés en 1917. Le onzième et dernier générateur fut ajouté en 1924.

Le « Niagara Parks Power Pass »

Le « Niagara Parks Power Pass »

Exploitez toute l'énergie des chutes du Niagara grâce au « Niagara Parks Power Pass », qui comprend une entrée pour la Niagara Parks Power Station et le Journey Behind the Falls (Voyage derrière les chutes).

$37 $ CANCAD

Réservez dès maintenant

Niagara Parks is committed to protecting the health and safety of all guests and staff. Face coverings are required at all indoor spaces and attractions within Niagara Parks, and proof of vaccination is required at some locations.